Articles

Qualité de l'eau et écotoxicologie des zones tampons humides artificielles de Rampillon (Seine-et-Marne)

Résumé

Les pollutions diffuses engendrées par l'intensification des pratiques agricoles entrainent des dérèglements au sein des écosystèmes terrestres et aquatiques. Cet article s'inscrit dans le cadre du projet PSDR Brie'Eau (2016-2020) visant à mutualiser les services écosystémiques de régulation des flux de polluants et le maintien de la biodiversité dans le contexte de grandes cultures en Seine-et-Marne (France - 77). Afin de lutter contre la dégradation du milieu aquatique, en parallèle des actions ciblant les pratiques agricoles, des actions d'ingénierie écologique sont mises en place pour gérer les eaux agricoles variablement chargées en polluants. C'est le cas du dispositif de zone tampon humide artificielle (ZTHA) qui favorise les réactions chimiques et biologiques naturelles pour améliorer la qualité de l'eau. En 2010, une ZHTA pilote a été aménagée sur la commune de Rampillon à proximité du cours d'eau du Ru des Gouffres. Elle se situe en amont d'engouffrements directs des eaux de surface vers l'aquifère de Champigny qui alimente une partie Est de l'Île-de-France en eau potable. A partir de la ZTHA expérimentale, lNRAE et AQUI'Brie mènent en collaboration des suivis permettant de mesurer ses effets sur la qualité de l'eau. Les résultats parlent en la faveur de l'aménagement puisqu'il permet de réduire significativement les fréquences de dépassement du seuil de potabilité, fixé à 50 mg/L de nitrates. De même, la ZTHA favorise l'abattement des flux de métaux et de pesticides à l'exutoire. Nonobstant cet abattement, des études écotoxicologiques en laboratoire montrent que l'exposition aux pesticides, à des niveaux tels que mesurés dans la ZTHA, sont susceptibles d'induire des impacts sublétaux chez des organismes clés du fonctionnement des écosystèmes aquatiques qui demandent à être confirmés in situ. Pour conclure, ces travaux confirment la pertinence de ces écosystèmes artificiels pour l'amélioration de la qualité chimique de l'eau et la nécessité de diminuer les intrants de contaminants agricoles en amont pour une protection optimale de la vie aquatique. Des travaux complémentaires sont néanmoins indispensables pour évaluer l'impact écotoxicologique sur la chaine trophique qui se développe au sein de la ZTHA.

Auteurs


G. LETOURNEL

Pays : France


C. CHAUMONT

Pays : France


J.D. LEBRUN

Pays : France


F. BIRMANT

Pays : France


J. TOURNEBIZE

Pays : France

Pièces jointes

Pas de document comlémentaire pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 166

Téléchargements

PDF: 77