Articles

Le transfert diffus du phosphore dans les bassins agricoles : ordres de grandeur, mécanismes, maîtrise

Résumé

Les transferts diffus du phosphore sont majoritairement associés aux écoulements de surface, donc à des périodes de pluies. L'acquisition de la charge en phosphore résulte de l'extraction par l'eau des écoulements, de composés phosphorés à partir du sol, dans les zones hydrologiquement actives des bassins versants. Ce phénomène est très variable dans l'espace et le temps en termes d'intensité, de nature du phosphore émis et de mécanismes d'émission. La variabilité résulte des propriétés biogéochimiques du phosphore, de la nature des sols, du mode d'occupation de sols et des pratiques. Une part de la charge en phosphore émise par les sols est interceptée à l'aval, en cours de transfert, par des zones tampons intercalées sur le trajet des écoulements. Une certaine diversité existe aussi en ce qui concerne la régulation et le fonctionnement de ces effets tampons. La complexité des structures et des processus impliqués dans les transferts diffus du phosphore, les forts volumes d'eau et de sédiments les accompagnant et le caractère imprévisible des phénomènes météorologiques qui les sous-tendent, rendent irréaliste hormis cas particulier d'envisager un traitement technologique de la pollution diffuse agricole. La maîtrise de cette composante importante de la charge en phosphores, transférés vers les divers milieux lentiques, estuariens et côtiers, relève donc de la gestion des pratiques et des territoires, d'actions à mener de l'échelle de la parcelle à celle du bassin versant et/ou de l'exploitation agricole.

Auteurs


J.M. DORIOZ

Pays : France


D. TREVISAN

Pays : France

Pièces jointes

Pas de document comlémentaire pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 13

Téléchargements

PDF: 1